Mohamed Bourouissa

Blida (Algérie), 1978

Mohamed Bourouissa a étudié la photographie à l’école nationale supérieure des arts décoratifs à Paris, puis au Fresnoy à Tourcoing. Il vit et travaille à Paris. Réalisé en 2009, Temps mort, dont le titre est emprunté à un morceau du rappeur Booba,  relate une correspondance pendant huit mois entre deux personnes, dont l’une est en prison. Construit entièrement par téléphone introduit clandestinement en prison, à partir d’un échange de sms, d’images et de paroles, le film commence par raconter sa propre mise en place, pour finalement questionner en profondeur les notions de liberté et d’enfermement, mais aussi le don à l’autre que constitue le geste artistique. Les images et textes, en apparence pauvres, dégagent d’un quotidien difficile, une poésie et une beauté nouvelle. Depuis 2002, il est régulièrement invité à participer à des expositions collectives. Son travail fut ainsi présenté au Festival de photographie de Lanzhou (Chine) en 2006. Depuis 2005, il s’inspire du quotidien où les références picturales comme Le Caravage, Delacroix, Géricault, qu’il affectionne particulièrement, et photographiques comme Jeff Wall ou Philip-Lorca diCorcia, s’envisagent comme des tableaux d’allégories contemporaines ou de mythes urbains.

Bourouissa_3